Game of thrones#1: quelle pénible attente !

Printemps 2019! C’est une bien grande fourchette pour annoncer un retour, pas de weekend à la campagne sans réseaux internet, pas de safaris en Afrique… rien! Je reste vigilante, prête à bondir sur le 1er streaming venu à l’annonce de la diffusion du 1er épisode (qui sera en fait un film). Vous l’aurez compris, je parle évidemment de Game of thrones qui accouchera de son ultime saison. Alors que cet été a encore quelques jours à nous offrir, j’ai déjà hâte d’être au printemps prochain.

Il est vrai que Game of thrones crée en moi une véritable obsession : je me repasse en boucle les épisodes, attendant une suite qui se fait péniblement désirer. Comment dire ? Pour moi, c’est la meilleure série de tous les temps – eh oui devant Breaking Bad, il faut le faire quand même. Elle réunit toutes les qualités : elle mêle le fantastique, l’épique, au réalisme avec des scènes de bataille à la Gladiator, reconstituées avec un tel degré de réalisme qu’on est au plus près des personnages et dans l’action pour plus d’empathie. Depuis le film de Ridley Scott, avec son ouverture magistrale de bataille en plans larges mais aussi et surtout en plans serrés sur Maximus, on n’avait plus revu une bataille aussi pointue avant celle des bâtards – ça faisait du bien – même les films Robin des bois (2018), Le Roi Arthur (2017) ou encore Dracula Untold (2014) se sont laissés prendre au piège des effets spéciaux rocambolesques, ralentis à gogo et autres tours de passe-passe nous laissant simples spectateurs de prouesses techniques toujours en dehors de l’action, au détriment de l’émotion. Il faut un équilibre entre spectaculaire et réalisme afin qu’on participe émotionnellement à ce qui se déroule sous nos yeux, qu’on entre dans l’histoire et l’action – tout n’est qu’affaire d’émotions finalement. Les effets devraient être au service de la narration et non se suffire à eux-mêmes. Game of thrones a le mérite d’avoir donné à la narration et à l’évolution des personnages, des enjeux et des conflits une place prépondérante en dépit d’un lot considérable d’éléments surnaturels. Elle a su rester au plus près des ressentis de ses personnages et nous faire adhérer sans aucun mal à son univers fantastique rempli de morts vivants, de marcheurs, de dragons, de loups géants, d’enfants de la forêt etc. etc. etc. On en a pour tous les goûts. De plus, la mise en scène tellement travaillée et élaborée des épisodes, semblable à celle de films, a donné à la série une mesure au dessus des autres comme Vikings qui manque jusqu’à sa saison 4 (excellente!) de variations d’intensité dramaturgique et dont les efforts de mise en scène sont un peu en dessous. La série réputée pour être le lieu du blabla plutôt qu’un lieu où l’image ferait sens, Game of thrones a réussi à concilier les deux. Bien entendu, sa force réside davantage dans ses dialogues mémorables – « le savoir est le pouvoir » dit little finger avant que Cersei ne lui fasse la démonstration brillante que « le pouvoir est le pouvoir » – ses scènes marquantes – the red wedding – que dans la force évocatrice de l’image mais quand même. Malheureusement, la production voulant achever ce gros dossier, la dernière saison est largement bâclée d’où certains personnages sont sous exploités, des intrigues relayées au second plan, tout s’accélère et va trop vite même –étant habitués à ce que les événements soient développés sur plusieurs épisodes – d’ailleurs même en qualité de fan de la série, je dois avouer que l’épisode 7 de cette dernière est très, mais très, décevant. Tant de premières rencontres que l’on attendait depuis si longtemps réduites à de simples joutes verbales et à des semblants de politesse un peu incompréhensibles – Lorsque Jon confesse à Cersei qu’il a déjà ployé le genou devant Daenerys, j’ai envie de dire qu’il est un peu trop poli car il est quand même face à une des responsables de la mort de son père, on aurait tendance à l’oublier. Bien que Jon soit digne et modéré, et que son objectif soit de vaincre le roi de la nuit, il ne faut pas déconner ! Game of thrones reste fondamentalement un jeu de pouvoir, de trahisons, de manipulations, de coups bas, de meurtres inattendus et de sexe… une série aux traits extravagants mais très élémentaire. Alors je déplore que la série soit devenue, sur ses deux dernières saisons, trop lisse, trop soignée. J’aimais le sale, la boue, l’obscurité des maisons closes mélangée à la lumière éclatante de la capitale qui rendait d’autant paradoxaux les vices et la violence qui s’y passaient. Le grain à l’image apportait de la texture et du relief à cette série de type médiéval. Malheureusement, l’image est maintenant trop froide bien qu’en faveur du spectaculaire. Si on se permet le jeu de mot, c’est peut-être parce que the winter is here – pourquoi pas ? Après tout, ça colle avec le parti pris des producteurs de mettre la guerre contre le Roi de la nuit au premier plan pour clore l’oeuvre de G R. R. Martin. Il aurait clairement fallu le double de saisons de 10 épisodes pour nous satisfaire à tous les niveaux – Que nenni !  Je reste une fan incontestée. 

Venons en alors à mes théories pour la dernière saison. Je brûlais d’envie de les partager. Game of thrones ayant marqué les esprits pour son imprévisibilité (cf. les meurtres de ses héros) va, je pense, revenir à ses premiers amours, en allant délibérément à contre-pied de ce que l’on s’imagine (devenue bien trop prévisible). Une façon sans doute pour les producteurs de faire leur mea-culpa pour cette pénible attente, le nombre réduit d’épisodes et les petites incohérences notamment temporelles. Ils pourront alors boucler la boucle et marquer au fer rouge éternellement l’esprit de nous autres fans.

T H É O R I E 1: J O N & D A E N E R Y S

A mon avis lorsque Jon Snow apprendra sa véritable identité, je pense qu’il demandera à Sam et à Bran de ne rien révéler afin de ne pas remettre en question les alliances qui ont été conclues pour vaincre le roi de la nuit – Jon n’ayant que le roi de la nuit en tête, erf. Jon a tellement bon coeur – c’est aussi pour çà qu’on l’aime – et a dit lui-même, lors de l’épisode 2, qu’il n’a jamais convoité de couronne donc il me semble plus crédible qu’il ne soit pas attiré par ce titre honorifique et désire voir Daenerys (qu’il aime néanmoins) régner sur Westeros. De plus, il l’en croit sincèrement capable. Cependant, il se pourrait que quelqu’un l’apprenne de manière inopportune (peut-être Tyrion, Varys ou Sansa) et le dise à Daenerys créant entre eux de la méfiance voire une désunion – bon ça ressemble plus à du little finger, malheureusement mort. 

Enfin, Jon comprenant que Daenerys est sa tante, bien qu’ayant des sentiments pour elle, préfèrera à mon avis mettre un terme à leur relation en se montrant froid avec elle, sous prétexte que cela pourrait les affaiblir et déplaire aux nordiens, ne voulant pas lui avouer la véritable raison. Ainsi ça permettrait de mettre en avant la grandeur de Jon, né pour régner, car il ne reproduirait pas les erreurs de Robb mort à cause de son amour pour Talisa et ne choisirait pas le déshonneur de l’inceste comme les Lannisters – nous le savons chez les Starks tout est question de devoir et d’honneur, et Jon reste un Stark. Daenerys ne comprenant pas le revirement de Jon et étant fière va réprimer ses sentiments. Ainsi lorsqu’elle apprendra qu’elle porte son enfant, elle gardera le secret et se mettra donc en danger – bon là je nage en pleine tragédie shakespearienne mais c’est l’influence même de R.R Martin donc… De là, la prophétie du Azor Ahai pourrait bien avoir lieu. Daenerys, suite à une fausse couche, accepterait de se sacrifier, informée par exemple par Mélisandre que c’est la seule façon de faire renaître le « prince qui fut promis ». Jon et elle seraient les deux faces d’une même pièce. « Quand l’étoile rouge saignera et que les ténèbres se rassembleront, Azor Ahai renaîtra dans la fumée et le sel pour ramener les dragons à la vie. » Voyons, l’étoile rouge serait Daenerys, saignant suite à la perte de son enfant, en plein affrontement final, les ténèbres seraient les marcheurs blancs et Jon, étant un targaryen, pourrait sortir du feu comme Daenerys avant lui après avoir planté son épée dans le cœur de cette dernière. Et bien-sûr Jon chevauchera un des dragons.

Contrairement à ce que tout le monde pense, je ne crois pas que Jon meurt. Il va régner, n’ayant pas d’autres choix, sans jamais l’avoir convoité contrairement à tous les autres personnages. Les producteurs pourront ainsi prendre à contre-pied ce à quoi s’attendent les spectateurs, imaginant forcément le pire. Le bébé que tous pensent que Daenerys va mettre au monde va en fait mourir à cause des risques qu’elle aura encourus, ne révélant pas sa grossesse. De toute façon, je ne vois pas comment il pourrait en être autrement : pour qu’elle accouche de cet enfant en vie, il faudrait que la guerre dure plus de 9 mois ou sinon qu’elle en accouche la guerre une fois finie mais la théorie Azor Ahai tomberait un peu à l’eau. Daenerys et Cersei auraient du coup le même destin tragique mais dans une tonalité complètement différente – Satisfaction pour l’une. Tristesse pour l’autre. Une fin douce et amère ?

T H É O R I E 2: A R Y A

Pour rendre hommage au personnage d’Arya dont Cersei fait partie de la liste de noms depuis de nombreuses saisons, il faut absolument qu’elle tue Cersei ! Il est sûr que cela va se produire, impossible de faire l’impasse sur cette liste qu’elle nous aura martelée à la tête avant de subitement arrêter de la dire pour mieux nous surprendre. Malheureusement, elle n’a pas pu tuer Joffrey mais j’espère que GOT restera fidèle à ce personnage jusqu’au bout. C’est Arya la vengeresse des Stark – Jon occupé un peu à autre chose – elle a vengé le mariage pourpre et elle vengerait donc la première mort marquante de la série, celle de son père, pour clore le chapitre. A mon avis, Arya empruntera le visage de Jaime et se penchera au dessus de Cersei, heureuse de retrouver son amant, ne sachant pas qu’elle est enceinte et l’étranglera. Lorsque Cersei rendra son dernier souffle, Arya ôtera son masque et nous spectateurs, choqués, comprendrons que Jaime est mort pendant la bataille – Coup de revers dans les dents. Jaime mourra donc en héros de guerre, lui qui n’a été considéré que comme « le kingslayer ». Le montage reviendra ensuite sur les circonstances de cette mort héroïque.

Comment Arya pourrait tuer Cersei ? Cersei enceinte et recluse dans la capitale pour accoucher de son enfant – laissant les autres dans la merde quoi Arya saisira l’occasion d’abattre sa vengeance et partira vers le Sud, étant présente à la mort de Jaime – comme Game of thrones s’affranchit des notions de temps à cause du nombre d’épisodes qu’il reste, cela me parait fort plausible. 

La suite des mes théories au prochain article. Je crains que celui là ne soit déjà trop long. Tschüss !

Leslie.

2 pensées sur “Game of thrones#1: quelle pénible attente !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *