The Affair: en attendant la saison 4.

Noah Solloway rechigne a passer l’été à Montauk, chez ses beaux-parents qui ne manquent jamais l’occasion de lui rappeler à quel point sa vie est moyenne, pourtant ces vacances qui s’annoncent comme une longue corvée vont bouleverser sa vie.
P  E  T  I  T  E     I  N  C  A  R  T  A  D  E,     G  R  A  N  D  E  S     C  O  N  S  E  Q  U  E  N  C  E  S

Amour, passion, trahison, angoisse, The Affair c’est avant tout une histoire de sentiments. Noah est un mari aimant, un père dévoué de quatre enfants,  Allison marié elle aussi pleure la disparition tragique de son fils , la rencontre semble anodine, l’ancienne infirmière devenu serveuse prend la commande de la joyeuse famille Solloway, un demi regard échangé suffit . Comme son nom l’indique The Affair, nous plonge au cœur d’une  liaison extraconjugal qui va être lourde de conséquences. Une fois n’est pas coutume la relation Noah / Allison ne s’explique pas comme souvent par la luxure de monsieur ou madame, à partir de ce simple premier regard et de rencontre fortuites va se créer une attirance coupable mais irrépressible. Et si nos deux amants aimeraient croire qu’il ne s’agit que d’une « amourette de vacances » ils sont vite rattrapé par la maxime bien connu : « les sentiments ne se contrôlent pas ». Bien qu’elle soit avant tout centrée sur Noah et Allison, la série n’oublie jamais que ces deux là ne sont pas seules, Cole, Hélène, Whitney, Martin, Trévor, Stacey, les beaux parents, les amis sont bien plus que des faire valoir pour notre couple adultérin, conscient des dommages collatéraux de leur union – d’autant plus que les événements prennent une tournure dramatique –  mais incapable d’arrêter.

U  N  E     « H  I  S  T  O  I  R  E  S »

A l’instar d’un procès ou chacun donne sa version des faits, les épisodes sont découpés de façon à exprimer tantôt le point de vue d’Allison tantôt celui de Noah, mais la comparaison avec le procès s’arrête aussi vite qu’elle n’a commencé car le jugement des faits passionnent autant les créateurs de la série que le cycle de reproduction des oursins. Dans The Affair, ce ne sont pas les faits qui nous intéressent mais comment ils sont vécus par les personnages, comment un sourire poli pour l’un est perçu comme un signe d’affection pour l’autre, comment une femme brisée et pathétique devient une séductrice confiante et sur d’elle dans les yeux d’un homme marié qui cherche surement des circonstances atténuantes à son adultère. Balancé entre deux narrateurs , l’histoire se réécris à chaque changement de point de vue, nous laissant dans l’attente d’une pseudo vérité  qui s’éloigne encore d’avantage quand dans la saison 3 on commence à exprimer les points de vues d’Hélène et Cole les deux cocus tristounes. Cependant, les points de vues affluant, l’histoire ne perd pas pour autant de sa cohérence et bien que les perceptions des personnages soit souvent diamétralement opposées les faits en eux même ne s’en trouvent jamais totalement changé .

Mathieu, un fan de série à qui on a rien demandé mais qui donne son putain d’avis quand même.

2 pensées sur “The Affair: en attendant la saison 4.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *