La casa de papel: Excellent !

Cross over entre Oceans eleven, twelve, thirteen, et Inside Man, la Casa de Papel est LA vraie bonne nouvelle de ce début d’année 2018. Série policière haletante aux accents castillan LCDP est une drogue dure qu’il faut consommer sans modération.
B  I  N  G  E     W  A  T  C  H  I  N  G     !

Bon soyons honnête si vous n’avez pas entendu parlé de La casa de papel c’est que vous vivez dans des contrés obscures ou dans une grotte sans internet, sans amis , sans intérêt en fait tant la série fait le buzz en ce moment et si la tentation de ne pas regarder pour « ne pas faire comme tout le monde » vous guette chassez là à grand coup de pied là ou je pense car cette folle ne sait pas de quoi elle parle! LCDP c’est le binge watching assuré, treize épisodes de quarante cinq minutes que l’on dévore insatiablement jusqu’à ce qu’on se rappelle qu’il est trois heures du matin et qu’il faut se lever tôt demain.

Du suspens, de la violence, de l’intelligence, un peu d’humour et aussi de l’amour sont les ingrédients du succès du thriller espagnol. Plongé dans le braquage le plus élaboré de l’histoire on se prend de passion pour Oslo, Helsinki, Berlin, Tokyo, Rio Denver, Moscou et Nairobi. Huit criminels confirmés que tout oppose à part l’apat du gain évidemment qui tentent de voler le palais royal de la monnaie (la planche à billet du gouvernement espagnol) un projet aussi ambitieux qu’ingénieux élaboré par « le professeur », un petit génie timide et coincé qui manie les protocoles de la police et leurs petits inspecteurs comme un chef d’orchestre manie sa baguette. Le pire dans une série c’est quand les épisodes s’enchaînant on commence à entrevoir la fin, pour la casa, il n’y a pas de crainte à avoir, rien ne se passe comme vous l’auriez prévu, très rythmée sans pour autant brûler les étapes, l’histoire est pleine de rebondissement et devant l’écran on passe son temps à se demander ce qui relève du plan ou de l’improvisation.

C  O  N  C  L  U  S  I  O  N

Maintenant, installez vous confortablement, lancez le premier épisode et ne sortez plus de chez vous avant d’avoir fini la saison.

Mathieu, un fan de série à qui on a rien demandé mais qui donne son putain d’avis quand même.

Une pensée sur “La casa de papel: Excellent !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *