GOT_S8E4: ils se sont bien rattrapés et puis on a eu droit à du… GOT_S8E5: LOURD !

Je ne cache pas qu’en ce qui me concerne l’épisode 4 m’a satisfait, réconcilié et redonné bon espoir à juste titre. L’épisode 4 a su remettre la barre où il fallait en terme d’enjeux, de tensions et de conflits (dans la mesure du possible pour une conclusion en 6 épisodes), et on est enfin entré dans le game. GOT cette saison pour moi démarre ici ! ET l’épisode 5 aurait été l’apothéose si seulement les premiers épisodes et le 4, un peu aussi, avaient été à la hauteur c’est à dire cohérents et bien écris pour amener cet épisode qui se consacre – sans surprises – entièrement à la « bataille » contre Cersei. L’épisode 5 n’est malheureusement pas connecté aux autres car l’évolution de Daenerys vers le côté obscur de la force n’est bien entendu pas bien amenée et surfaite quoi que logique, et que ses forces auraient du être moindres au vu des choix faits par les showrunners. L’épisode 5 est lourd – c’est le cas de le dire – et efficace selon ce qu’il précise de l’évolution des personnages et de leur relation mais il y a comme un saut entre lui et le reste. ZUT ! C’est vraiment dommage.

L’épisode 5 s’inscrit dans le prolongement de ton de l’épisode 4. Il y a certes des erreurs, des scènes farfelues, mais l’épisode 5 ne serait pas ce qu’il est si les scènes de l’épisode 4 n’en avaient pas posé les fondements ; j’approuve cet épisode. La tournure de la relation Jon/Daenerys m’a incroyablement satisfait ainsi que celle de la relation Brienne/Jaime donc Jaime/Cersei pour la suite. Arya qui repart sur les routes aux côtés de Sandor, sans en parler, c’est bien vu – en effet, dans le 5, Jon n’a aucune idée de ce qu’Arya est en train de frôler la mort, ce qui risque fortement de peser dans la balance – et l’utilisation de Missandei avec son dernier mot « Dracarys » pour manœuvrer le basculement de Daenerys et Ver Gris était bien pensée – dommage que ça ait été mal scénarisé. En somme il y a, en effet, à nouveau des incohérences dans l’épisode 4 mais les scènes – hormis celle de Bronn – permettent toutes habilement de faire progresser la narration, sont utiles et cohérentes en terme d’enjeux, et apportent tensions et conflits. La mise en scène de la mort de Rhaegal est moyenne car les circonstances qui l’entourent le sont aussi – dans un moment de fuite, il aurait été compréhensible que l’attaque d’Euron prenne tout le monde de court, que Daenerys n’ait pas le temps de réagir bien qu’ayant vu l’ennemi au loin et qu’UNE simple flèche tue Rhaegal très affaibli, n’ayant pas eu le temps de récupérer – mais il fallait bien l’éliminer pour miner encore un peu plus Daenerys – la fin justifie les moyens un peu bancroches.

L’  H  E  U  R  E     D  E  S     R  E  J  O  U  I  S  S  A  N  C  E  S

Alors l’épisode 4 est bavard mais ici, contrairement à l’épisode 2, chaque scène de discussion contribue à la narration. Nous avons droit au jeu du soulard, jeu préféré de Tyrion qui rappelle sympathiquement ses scènes avec Shae, qui permet de faire avancer la relation Brienne/Jaime. Niveau politique, Daenerys place ses points avec Gendry désormais Lord Gendry Barathéon. La relation Arya/Gendry prend une tournure attendue – qui risque néanmoins, selon moi, de nous surprendre – et comme je le pensais Arya repart accompagnée de Sandor – c’est parfait ! Quasi toutes les scènes ont leur importance et portent de la tension, c’est nickel. Il y a quelques incohérences spatiotemporelles comme le fait que Daenerys ne détruise pas la flotte d’Euron alors qu’elle saccage bien Port-Réal dans l’épisode 5 – Drogon semble d’ailleurs s’être dopé entre deux – qu’Euron effectue un aller-retour ultra rapide, ou encore la scène très étrange avec Bronn qui n’était absolument pas nécessaire et pertinente surtout si son personnage n’est plus évoqué par la suite (on pouvait très bien le retrancher de la saison 8 car après tout ce n’est qu’un mercenaire, dès qu’il a son argent il fait sa vie).

Avec l’épisode 4 on se dit que le réel méchant de la série est Cersei et c’est vrai car Cersei avec un dragon aurait déjà tout fait cramer mais voilà elle n’en a pas, et croyait son armée supérieure et les scorpions capables de tuer Drogon. Alors que l’épisode nous montrait Daenerys en difficulté, d’où Cersei était persuadée de l’emporter, le 5 nous surprend en la faisant écraser sa rivale à plat de couture et sans ménagement, prenant ainsi sa place de Mad Queen quand c’est un autre visage de Cersei qui n’a jamais combattu finalement et a toujours été secourue par sa famille qui se révèle. La pauvre dans le déni réalise alors son erreur car elle a condamné son bébé. Je ne suis pas complètement déçue de la fin donnée à Cersei ni de son revirement inattendu qui montre tout son paradoxe de mère (elle disait préférer la mort mais à sa dernière heure redoute d’emporter avec elle son bébé). Cependant, il aurait fallu établir une cohérence d’un épisode à l’autre, en équilibrant les forces, pour ménager le suspense car la victoire écrasante de Daenerys en devient comme tirée par les cheveux encore, notamment car les balistes prennent désormais énormément de temps à se recharger…

T  R  I  O     A  M  O  U  R  E  U  X     E  T     C O  U  P  L  E S     M  A  U  D  I  T S

Lors des réjouissances, Jaime et Brienne franchissent un pas important en couchant ensemble, ce que je trouve pertinent. Il est normal que l’attraction sexuelle entre ces deux personnages trouvent un point culminant, dans une ambiance de fête, après avoir littéralement échappé ensemble à la Mort. En effet, dans la continuité de son changement positif, la logique voudrait que Jaime reste avec Brienne pour laquelle il a de sincères sentiments. Dans un monde idéal, où il n’aimerait pas sa sœur, il resterait avec elle mais c’est GOT et ce personnage ayant été capable du pire par amour pour Cersei ne peut se résoudre à l’abandonner quand il comprend qu’elle a malheureusement été trop loin. Ces scènes sont très justes quant à l’écriture des personnages. Il est normal que Jaime ait tenté littéralement d’embrasser une nouvelle vie auprès de Brienne, sa planche de salut – en effet, il semblait résolu à ne pas revenir en arrière en quittant la capitale. Leurs scènes nous ont, à cet effet, bien mis en avant la lutte intérieure de son personnage repenti. Mais GOT est une tragédie et c’est génial ! Bien qu’ayant voulu saisir ce salut, ses vieux démons le rattrapent (son amour incompréhensible pour Cersei) comme s’ils étaient condamnés à quitter le monde comme ils y sont entrés. Les personnages de GOT ne peuvent échapper à leur destinée tragique. Jaime le fait très bien comprendre à Brienne : « Cersei est détestable comme je le suis aussi » (en somme, nos destins sont irrémédiablement liés).

Ainsi, l’épisode 5 donne une parfaite conclusion à ce couple maudit mais qui est quand même trop touchante. Ils devaient mourir ensemble, il n’y avait pas d’autres issues. Les dialogues de Brienne puis de Tyrion à Jaime « tu n’as pas à mourir avec elle » mettent la puce à l’oreille – il ne faut jamais regarder en arrière, vers ses péchés, comme la femme de Loth (dans la Bible) qui en se retournant vers Sodome et Gomorrhe (en feu) fut changée en statue de sel. Il s’agit bien d’un couple tragique dont le sort funeste (ils sont ensevelis par les ruines du Donjon Rouge) est le châtiment du destin pour leur pêché (l’inceste) et leurs nombreux crimes. Ce châtiment s’est également abattu sur tout Port-Réal, ville des vices et siège du pouvoir, comme s’il n’y avait pas d’autres issues pour ces Sodome(s) que de disparaitre par le feu (apocalypse). Ainsi, je trouve cela très juste. Il est dommage que Daenerys ait sombré dans la folie meurtrière sans que ça ne soit vraiment bien amené, c’est a minima justifié par le chagrin, le sentiment de rejet et de trahison. D. B Weiss dit :

Quand elle voit le Red Keep que ses ancêtres ont construit… c’est à ce moment qu’elle prend la décision. En voyant le symbole de tout ce qui lui a été pris, elle décide d’en faire une histoire personnelle.

Elle aurait pu se contenter de brûler le Donjon Rouge une fois la ville rendue mais c’est l’appel de sa propre destinée qui a sonné avec « the bells ». Elle était condamnée à finir comme son père bien qu’ayant cherché tout au long de la série à ne pas lui ressembler (la malédiction héréditaire). C’est ce qu’on ne veut pas qui finit par nous arriver – un vrai Œdipe roi ce jeu de trône. Depuis le début, les personnages ne cessent de provoquer des évènements qu’ils voulaient éviter. Alors oui, ça paraît un peu facile car la série est bâclée mais c’est tout à fait logique. Notons que la tragédie outrepasse la notion de vraisemblance ; ce n’est pas la vraisemblance qui compte mais l’effet tragique. Et GOT est une tragédie !

De plus, il parait clair que le personnage de Daenerys n’a aucune chance de s’en sortir ayant franchi la ligne. Le châtiment va certainement s’abattre sur elle aussi de la main de celui qu’elle aime, de qui elle ne peut pas être aimée (Jon) ce qui est aussi tragique et a poussé son personnage à la folie « Let it be fear ». Les couples maudits, dont l’amour était impossible, finissent mal mais ici ce qui me fait pencher pour la survie de Jon est qu’il est le seul à choisir l’honneur. Il ne se résout pas à aimer sa tante au delà du respect et de son allégeance pour elle. Ainsi, il me parait logique que le sort de Daenerys soit scellé de ses mains et non de celle d’Arya qui va sans doute le pousser dans ce sens. Il ne serait pas cohérent qu’Arya tue Daenerys mais alors pas du tout… Ce serait ainsi une allusion évidente au prince qui fut promis pour ramener l’aurore car jusque là Jon n’a joué qu’un rôle mineur or il est très certainement ressuscité pour accomplir un dessein particulier.

U  N  E    T  R  A  G  E  D  I  E     S  H  A  K  E  S  P  E  A  R  I  E  N  N  E    O  U     B  I  B  L  I  Q  U  E   ?

Je ne vois que 2 issues possibles : soit Daenerys et Jon meurent ensemble tels Roméo & Juliette, soit Jon tue Daenerys tel le Seigneur Jésus (référence évidente du fait de sa résurrection) qui détruira à l’apocalypse Jézabel et son dragon venus apporter la mort. En effet, Jézabel dans la Bible est une prophétesse de malheur (malédiction Targaryenne ici, comme Varys le dit « à leur naissance on ne sait jamais de quel côté la pièce va retomber et on retient son souffle ») qui égare les serviteurs de Jésus afin qu’ils se livrent à l’impudicité et mangent des viandes sacrifiées aux idoles. Ce qui est le cas dans l’épisode car les soldats de Jon se livrent tout à coup à des penchants impudiques (au meurtre et au viol) sous le regard atterré de Jon. Ce qui est malsain ici est que Jon et Daenerys soient les deux faces d’une même pièce comme si Jésus et l’Antichrist l’étaient ou comme si Dieu et Satan étaient un – dans GOT le maître de lumière est à la fois un dieu dont on prête des qualités bienveillantes car veut conduire les hommes à détruire les ténèbres mais en même temps diaboliques car par son pouvoir Mélisandre effectue des rituels sorcelleriques de sang et de feu qui ont une signification spirituelle spécifique.

Dans le second cas, si Jon devait tuer Daenerys pour mettre fin à la spirale négative du jeu de trône en qualité de sauveur, je le verrais mal conserver le trône de fer, étant depuis le début dépourvu de convoitises et d’ambition malsaine, et confierait je pense ce rôle à Tyrion ou Sansa voire aux deux ensemble. Dans un monde idéal, qui n’est pas celui de GOT, Jon ferait un merveilleux monarque mais il est trop bon pour régner dans un royaume comme celui de Westeros – on constate bien que la série force le trait de sa bonté, ce qui le rend inadéquat. Jon est devenu un héros, plébiscité du peuple. Il a ramené l’union, l’ordre et la justice avec sagesse, force et dévouement. Je pense que sa dernière mission s’y rapporte également : ramener la paix sur Westeros en mettant fin à la spirale de la tyrannie dans laquelle Daenerys a sombré malgré elle. Un ressuscité ne peut mourir une seconde fois – R R Martin en comprend trop bien le sens (croyant ou non) pour l’approuver selon moi. Je pense donc que Jon tuera Daenerys, étant désormais le seul capable de s’en approcher en dépit des forces dont elle s’entoure – son amour pour lui restant sa seule faiblesse à ce jour. C’est vrai qu’il parait assez faible pour commettre un tel acte mais je crois que si le devoir l’y oblige, il agira. Je le vois ensuite s’en aller au-delà du mur (comme une suite logique), accablé d’avoir du tuer son aimée. Je pense qu’au cours du carnage de Port-Réal les showrunners ont voulu insister, par le ralenti, sur la prise de conscience de ce que leur trajectoire est irréconciliable. Je ne pense donc pas qu’ils auront, eux, la même fin bien que leur destin est forcément lié.

J’approuve entièrement la direction que les showrunners ont pris quant à leur relation. Il est finalement plus nuancé que le personnage de Jon n’ait pas été mis en conflit d’emblée avec celui de Daenerys mais qu’il soit tiraillé en lui-même par rapport à ce qu’il éprouve pour elle du point de vue moral et de la bienséance. On a d’un côté Daenerys à qui ça ne pose pas problème (100% Targaryen) et de l’autre Jon qui ne peut s’y résoudre. C’est tragique à souhait et je kiffe !! L’impossibilité pour Jon de l’aimer comme elle le désire est aussi un déclencheur de sa fureur d’autant qu’il est à la fois un obstacle, une source de jalousie et d’amertume, se révèle un traitre voire un potentiel ennemi – la femme est capricieuse et il n’y a rien de pire qu’une femme, à plus forte raison qu’une femme blessée et meurtrie ! Étant donné que le bonheur et l’amour lui sont refusés, tout peut et doit brûler ! Son cœur est devenu un cœur de pierre qu’une seule lame pourrait peut-être transpercer… GOT est une affaire de famille il est d’ailleurs dommage qu’on ait pas eu droit à la réaction d’Arya et Sansa face à la révélation de la vraie identité de Jon dans l’épisode 4. Les scènes de Daenerys et Jon sont donc intenses et donnent lieu à une tension sexuelle qu’on aimerait qu’ils assouvissent de façon malsaine, ce qui est tout aussi frustrant pour nous et plus intéressant qu’un frontal conflit entre eux.

D  A  N  Y     V  S     S  A  N  S  A

A mon sens, il n’est pas pertinent que la série ait donné le bon rôle à Sansa de se douter et d’anticiper la folie de Daenerys car rien ne pouvait prédire que Daenerys prendrait cette direction de cette manière. Oui nous en tant que spectateurs nous pouvions nous en douter car l’avons vu évoluer et connaissons ses failles et les symboles qui entourent son personnage mais Sansa ne pouvait pas le savoir. Daenerys est venue avec l’intention d’aider le nord, ce qu’elle a fait en prenant elle-même les armes et de gros risques tandis que Sansa se cachait dans la crypte !!! Il n’est donc pas rationnel et justifié que Sansa s’obstine à lui refuser reconnaissance et sympathie. Il est normal de se méfier au début mais seul un idiot ou xénophobe camperait sur ses positions sans raisons valables car Daenerys ne fait ici rien de mal en revendiquant le trône de son père face à Cersei, méchante officielle de la série qui en a fait baver à Sansa. Sansa n’est donc pas un personnage qui attire ma sympathie. Qu’elle ne veuille plus se soumettre c’est une chose mais les showrunners n’auraient pas du en justifier les raisons. Selon moi, sa méfiance envers Daenerys est irrationnelle et liée à ses peurs et quelque part à ses ambitions car c’est en réalité un fin stratège politique qui a appris à bonne école. C’est ainsi qu’il aurait convenu de le faire ressortir et non en exagérant le personnage de Daenerys. Daenerys est belle et aimée de Jon, ce qui en faisait d’emblée une rivale pour Sansa.

Alors je comprends que les showrunners aient voulu lui donner un aspect positif s’ils entrevoient de la mettre sur le trône aux côtés de Tyrion. Il ne fallait pas que ça sonne comme un vieux coup bas de manipulation digne de Little Finger qu’elle ait trahi Jon en révélant la vérité à Tyrion, ce que j’avais prédit. C’est pourquoi depuis le début de la saison, ils ont boosté l’égo de Daenerys pour justifier le comportement de Sansa, sauf que ça ne rend absolument pas justice au personnage de Daenerys – c’est un affront, erf… Oui elle devait mal tourner mais il fallait donner une évolution cohérente à son personnage. En gros, Sansa et Arya sont les seules à avoir vu le vrai visage de Daenerys tandis que les hommes, « tous sous son charme » (comme s’il n’y avait que çà), se sont fourvoyés ; ce qui légitime davantage Sansa notamment auprès de Tyrion qui va sûrement se rallier à son camp – « beaucoup vous ont sous estimé » lui avait-il dit. Alors oui, Sansa ferait un bon monarque et en a le charisme. Elle est devenue maline et avisée, comprend la politique et sait se montrer bonne et sévère quand il le faut sans l’impulsivité de Daenerys. Mais cela devrait faire suite au fait que Daenerys ait sombré et que Jon s’y refuse, et non comme si elle y était plus habilitée – c’est n’importe quoi. Je n’ai maintenant plus aucun doute que c’est elle qui va s’asseoir sur le trône de fer. Même dans un moment d’inutilité pure, on lui fait dire : « la chose la plus héroïque que l’on puisse faire est d’admettre qu’on ne peut rien faire » qui fait écho à la phrase que Tyrion avait dite à Daenerys mais qu’elle n’avait pas écoutée « la chose la plus dure à faire est parfois de ne rien faire ». Ça veut tout dire !

A  R  Y  A

Pareillement, la volonté des showrunners de faire Arya tuer le Nigth King est sans doute liée au fait qu’ils n’avaient pas prévu de lui faire l’honneur de tuer Cersei pas plus que Daenerys, j’en suis sure, même si tout pousse à le croire – nous serons de nouveau surpris et c’est ce qu’ils espèrent. Ce fut donc une sorte de compensation mal orchestrée. Selon moi, cela a du leur sembler beaucoup que Jon tue à la fois Daenerys et le Roi de la Nuit, raison pour laquelle Jon est rendu amorphe cette saison (par amour) afin que son geste improbable nous surprenne et nous laisse sur le cul – reste à voir comment ils le mettront en scène.

Le moment où Sandor fait comprendre à Arya qu’elle prend le mauvais chemin, que sa vengeance contre Cersei est maintenant dérisoire et qu’il faut qu’elle fasse le choix de la vie est super ! Tel un dernier acte paternel. Ce moment explique la suite où Arya tente de quitter la ville mais doit faire une dernière fois face à la mort et notamment le montage alterné qui nous montre qu’elle y réchappe contrairement à Sandor. C’est un vrai parcours qu’elle effectue pour quitter le monde obscur dans lequel elle était entrée suite à la mort de son père, comme une nouvelle naissance. C’est un regain d’espoir pour son personnage avec à la fin la très claire « figure » du cheval blanc sur lequel elle grimpe pour aller vers la lumière. C’est bientôt la fin donc c’est une façon poétique de conclure la trajectoire de ce personnage. Ce fut un chemin de croix long et périlleux où elle fait le choix de la vie. Ce sera encore « not today » pour le dieu de la mort. Sans un moment comme celui-ci, il nous serait impossible de comprendre que son personnage retourne auprès de Gendry, ce qui je pense sera le cas.

Pour qu’Arya puisse cesser d’être cette personne sanguinaire, vagabonde et sans attaches, il était nécessaire qu’elle la quitte d’une manière violente. Je pense qu’elle pourrait désormais retourner auprès de Gendry, ce qui se passerait de dialogue, tel que Robert avait prédit qu’il marierait son fils à la fille de Ned. Je verrais bien le couple Gendry/Arya comme un joli rappel du couple Ned/Catelyne, demeurant ensemble dans le nord tandis que Sansa serait de nouveau à la capitale. Je ne pense pas que ce serait déshonorer son personnage que de lui donner cette fin car un personnage peut évoluer et pour moi ce serait logique. Il n’y a pas meilleur endroit pour un Stark que le nord et il faut toujours qu’il y ait un Stark à Winterfell, Bran n’en étant plus un.

C  L  E  G  A  N  E     B  O  W  L

J’ai kiffé le Clégane bowl que je ne plébiscitais pourtant pas car étant pour moi du fan service inutile à la narration mais je trouve qu’en terme de mise en scène – c’est le cas de le dire – et de fin de trajectoire pour Sandor qui a été quand même un personnage important c’était impeccable. La musique était très prenante et la performance des acteurs incroyable. Quel ironie du sort de mourir en se précipitant dans le feu, sa plus grande peur, pour atteindre son objectif. C’était la parfaite conclusion.

L  A     M  I  S  E     E  N     S  C  E  N  E

La mise en scène de cet épisode est selon moi incroyable pour un épisode de série. C’est du jamais vu sur le petit écran. Rien que pour ça, GOT restera quoi qu’il arrive dans les annales, qu’importe les erreurs commises cette dernière saison au niveau du scénario. Les saisons passées avaient déjà mis la barre haut mais visuellement cette saison par rapport au défi relevé et aux moyens mis en place, je leur tire mon chapeau. J’ai pris tant de plaisir à regarder cet épisode qui passe c’est vrai beaucoup de temps à nous détailler le carnage de la ville mais je me croyais ainsi à Pompei, à Troie ou sur le Titanic. Il fallait, en effet, prendre le temps de détailler la chute de la capitale symbole du pouvoir qui galvanise l’avidité et l’orgueil de l’homme, causes de la destruction même du symbole. C’est très symbolique d’autant que ce long anéantissement est aussi le chemin sur lequel se sont engagés plusieurs personnages principaux depuis le début de la série et clôt leur destin et leur relation. Daenerys voulait détruire la roue, elle en a, en effet, détruit le moteur. Sans trône et sans royaume on repart à zéro – dans l’idée.

C  O  N  C  L  U  S  I  O  N

Les adieux de Tyrion et Jaime m’ont ému aux larmes. Il est vrai qu’on sent qu’ils voulaient se débarrasser de certains personnages : comme Varys qui tourne trop rapidement le dos à Daenerys, à un moment où ce n’est pas du tout justifié, ce qui oblige Tyrion par loyauté envers sa reine à le dénoncer (bientôt à ses grands regrets) ; ou encore Euron, bien que j’aime particulièrement son plan de fin, sa réplique « I am the man who killed Jaime Lannister » et son jeu d’acteur. Mais grosso modo tout a été bien fichu. Dany est trop badass. FIRE & BLOOD !! Elle revient d’Essos et fait pas de quartier de Westeros – même si ce n’est pas bien 😅. Les Targaryens sont les boss de la série, et il est temps que Jon se réveille et se révèle en tant que tel. Qui viendra se dresser devant elle (et Drogon) ?! J’ai hâte ! Et j’espère ne pas être à nouveau déçue par le dernier épisode, quoi que sur le principe même qu’elle est bâclée cette dernière saison est ratée. Dans la mesure du possible donc, je dis LOURD cet avant dernier épisode de GOT !

Leslie, une fan réconciliée.

A lire également:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *